Jean-Loup Dabadie, auteur éclectique abonné au succès a mis son talent au service de Julien Clerc

Les rencontres

Il a également signé des pièces populaires, aussi célèbres que «Le Vison Voyageur» (1969), ou «Madame Marguerite» (1974), qui a marqué le retour triomphal d’Annie Girardot au théâtre.

Sa première approche de la chanson, il la doit à Serge Reggiani qui, le premier, après avoir lu une de ses pièces, décroche son téléphone pour lui demander quelques textes . Sa première réponse sera : « je n’ai jamais fait de chansons et je ne sais pas en faire ». Finalement, Serge Reggiani finira par le persuader.

Sa première chanson, pour un coup d’essai, sera un coup de maître : ce sera «Le Petit Garçon», un des plus gros succès de Serge Reggiani pour qui il écrira aussi, entre autres, «Et puis» (1968) ou «L’Italien» (1971).

Michel Polnareff à son tour fera appel à lui et ça donnera des tubes comme «Tous les bateaux, tous les oiseaux», «Dans la Maison Vide», «On ira tous au Paradis», ou la sublime «Lettre à France».
Il collabore aussi avec des artistes aussi éclectiques que Johnny Hallyday, Jacques Dutronc, Jean Gabin («Je Sais»), Yves Montand, Juliette Greco, Nicole Croisille, Mireille Mathieu, Barbara, Robert Charlebois ou encore Michel Sardou (« Chanteur de Jazz »).

Au total il a écrit plus de 250 textes pour différents interprètes.

Vous pouvez retrouver le recueil de 23 de ces chansons, illustrés par Danielle Noël, dans « Tant d’amour » sorti en novembre 2007.

La cavalerie
Tant d’amour

Rencontre avec Julien Clerc

Jean-Loup Dabadie

C’est Bertrand de Labbey qui le contacte pour lui proposer d’intégrer l’équipe de Julien. Jean-Loup collectionne depuis longtemps les disques de Julien et dit souvent : «J’aime ses silences».
Leur première chanson sera «Le cœur Trop Grand pour moi» et l’album qui sortira en novembre 1976 comptera 3 chansons de Jean-Loup.

C’est pour l’émission des Carpentiers « Numéro 1 » que Jean-Loup écrit un duo pour Julien Clerc et Sylvie Vartan : « Partir ».

Jean-Loup Dabadie est un des premiers à avoir fait dire à Julien dans ses chansons «Je t’aime», ou mieux «Je vous aime». Avec le titre « Femmes, je vous aime » Julien fut au départ rétif de chanter de telle parole, mais fut récompensé lorsqu’il constata le succès. En effet, l’album «Femmes, Indiscrétion, Blasphèmes» atteindra le disque de platine – 500 000 exemplaires vendus.

Il sera pour beaucoup dans le succès de «Jaloux», le meilleur album de Julien de l’avis de certains, dans lequel il signera «Ma Préférence». Cette chanson est dédié à son amour passé et présent pour sa préférence, Miou-Miou. Ce titre fut dès sa sortie un grand succès et enmènera l’album presque jusqu’au disque de platine, soit 400 000 exemplaires vendus.

Le titre «Angèle» dévoile un autre visage de Julien, celui du père. Il évoque pudiquement la souffrance d’un père dont la fille n’est plus à la maison. Angèle est la fille biologique de Patrick Dewaere et de Miou-Miou, mais Julien l’a élevée et l’aime comme son propre sang. Devenu grande, elle demandera à Julien qu’il l’adopte, ce qu’il fit évidemment.

On ne peut pas évoquer Jean-Loup Dabadie sans mettre en avant «L’Assassin Assassiné», magnifique plaidoyer contre la peine de mort. La même année, Michel Sardou quant à lui chantait «Je suis Pour».

Il a cependant fallu attendre janvier 1979 que Jean-Loup demande à Julien Clerc, telle une faveur à un ami, de chanter cette chanson en direct dans une émission sur FR3. L’impact de cette chanson sera immédiat et spectaculaire. Robert Badinter, le futur garde des Sceaux qui abolira plus tard la peine de mort, lui envoya une émouvante lettre de félicitations. (Voir la page sur l’émission où Badinter et Julien Clerc partageaient le plateau du journal télévisé lors d’une interview sur la peine de mort). Julien Clerc finit par enregistrer «L’Assassin Assassiné», plus d’un an plus tard sur son album «Sans Entracte».

Intégrale 77-82
Intégrale 77-82

Jean-Loup Dabadie, ému aux larmes devant Julien chantant son plaidoyer

Jean-Loup Dabadie et Julien Clerc

Sans entracte
Sans entracte

Auteur de livres

  • 1957 : Les yeux secs (Seuil)
  • 1958 : Les dieux du foyer
  • 1960 : Du côté de Barcelone de Luis Goytisolo, traduction de Jean-Francis Reille et Jean-Loup Dabadie
  • 1961 : Villa Milo de Xavier Domingo, traduit de l’espagnol par Bernard Savigny et Jean-Loup Dabadie

Distinctions personnelles

Jean-Loup Dabadie

Grâce à sa brillante carrière aux multiples facettes, Jean-Loup Dabadie collectionne les récompenses dans tous les domaines qu’il a marqué de sa personnalité unique, faite de grâce, de pudeur et de classe :

  • Grand prix Vincent Scotto en 1972
  • Prix Louis Delluc pour deux de ses films : «Les choses de la vie» 1969 et «La gifle» en 1974.
  • Grand prix du Cinéma de l’Académie Française en 1983
  • Grand prix de la Sacem en 1984
  • Officier de l’Ordre National du mérite en 1984
  • Molière de la meilleure adaptation théâtrale pour Deux sur la balançoire en 1987
  • Officier de la Légion d’Honneur en 1992
  • Grand prix de la chanson française en 2000
  • Commandeur des Arts et des Lettres en 2002
  • Prix Raymond Devos de la langue française et prix Henri-Jeanson en 2004.
  • Lors des 24e Victoires de la Musique, le 28/02/2009, il reçoit une victoire d’honneur, qu’il recevra des mains de Julien Clerc.

Élu à l’Académie française

Jean-Loup Dabadie a été élu à l’Académie française au premier tour de scrutin, au fauteuil de l’écrivain Pierre Moino le 10/04/2008. Il a été intronisé à l’Académie française le 6 septembre 2009.

 

C’est cet homme au palmarès impressionnant, ce touche-à-tout de génie, qui a permis à Julien de faire évoluer sa carrière, son répertoire, vers plus de profondeur et d’émotion pudique, et lui a offert, avec Étienne Roda-Gil, ses plus grands « classiques ». En effet, il serait impensable d’imaginer que Julien ne chante pas ses titres en concert. Qu’il en soit remercié.

Jean Loup Dabadie
Julien Clerc, Jean-Loup Dabadie et l’animateur Nagui lors des Victoires de la Musique

Mise à jour 2020

Jean-Loup Dabadie nous a quittés le 4 mai 2020. Il était âgé de 81 ans. Ses obsèques se déroulèrent dans l’intimité, le 29 mai 2020, suivie de l’inhumation aux Portes-en-Ré sur l’île de Ré.

Ma préférence
Ma préférence

Les titres composés pour Julien

  • A la fin je pleure (1976)
  • Je suis mal (1976)
  • Le cœur trop grand pour moi (1976)
  • Angèle (1977)
  • Partir (1977)
  • Les amours sans larmes (1977)
  • Ma préférence (1977)
  • Cette personne (1980)
  • Confidence (1980)
  • Elle faisait la la la (1980)
  • L’assassin assassiné (1980)
  • Les mots qui dansent(1980)
  • Les oiseaux dans les arbres (1980)
  • Ma doudou (1980)
  • Tu me manques (1980)
  • A son cou, à ses genoux (1982)
  • Femmes… je vous aime (1982)
  • Quelle heure est-île Marquise (1982)
  • Aime-moi (1984)
  • Respire (1984)
  • Tant d’amour (1984)
  • Style Ming (1987)
  • La p’tite liqueur de ton cœur (1996)
  • On peut rêver (1996)
  • Quel jeu elle joue (2005)
    et aussi pour Studio: « Les Vagues (2003) qui est une adaptation du titre « Ebb Tide », écrit par Carl Sigman et Robert Maxwell en 1953.
  • Apprendre à lire (2008)
  • Le Temps D’aimer (2011)