David Mc Neil, un auteur qui a su intégrer une palette de couleurs inédites pour Julien Clerc

David McNeil est un auteur, compositeur, interprète de chansons, également auteur de romans.

Page rédigées par Karin et Violaine

David Mc Neil
David Mc Neil

David McNeil est né à New York en 1946. Fils du peintre Marc Chagall émigré en Europe, il passe sa tendre enfance dans le sud de la France, côtoyant bon nombre de « génies » tels que Cocteau, Picasso ou Matisse… Petite enfance heureuse jusqu’au jour où sa maman quitte le peintre pour aller s’installer en Belgique avec un photographe belge, envoyant par la même occasion le jeune David en pension à Versailles. Celui-ci exprimera par la suite ce manque « affectif » d’un père qu’il ne verra plus que pendant les grandes vacances et qui fera tout pour le dégoûter de la peinture.

A l’âge adulte, David McNeil écrira « Quelques pas dans les pas d’un ange« , véritable « chanson d’amour » pour son père.

Marc Chagall
Peinture de Marc Chagall « Birthday » (1915)

Quelques pas dans les pas d
Quelques pas dans les pas d’un ange

Ses débuts

David ne s’éloigne cependant pas du monde artistique, travaillera un peu pour le cinéma mais son grand rêve est d’être chanteur. Il se tourne vers la chanson avec laquelle il galère pendant plus ou moins dix ans. Paralysé sur scène par le trac, et ayant été reconnu davantage pour ses talents d’auteur, il commencera alors à écrire pour les plus grands :

Alain Souchon
– Jacques Dutronc
– Yves Montand
– Robert Charlebois
– Sacha Distel
– Dick River
– Sylvie Vartan
– Laurent Voulzy
– Carole Laure
– Philippe Lavil

La rencontre avec Julien Clerc

La légende dit que la première rencontre entre Julien Clerc et David McNeil eut lieu lors d’un dîner au restaurant. David McNeil assis à une autre table aurait donné au serveur un petit mot griffonné à remettre à Julien. « J’aimerais bien écrire pour vous. » Pourtant cette capture d’image lors d’une émission dans les années 70 démontre qu’ils se connaissaient bien avant leur première collaboration artistique.

David Mc Neil et Julien Clerc

1984

En 1984, David McNeil participe à l’écriture de quatre titres de l’album de Julien Clerc « Aime-moi ».

Un jour David  propose à Julien une chanson dont Matisse est un personnage central de la chanson: « Mate ma métisse c’est pas beau donc imiter Matisse« . Julien ne cache pas sa gène et s’exclama « Matisse, personne ne sait qui c’est! ». Cette réflexion fit bondir David McNeil.

Julien Clerc et David McNeil décidèrent de faire un sondage dans la rue: « Qui est Matisse? ». Si les trois premières personnes confirmaient connaître le peintre, Julien assurait à David McNeil qu’il accepterait le texte.

La première personne interrogée, répondit: « Je ne suis pas du quartier ». Alors, d’un commun accord, ils décidèrent de retravailler la chanson. En vacances à Ibiza, David McNeil entrevit une silhouette féminine au loin prenant sa douche. L’imagination exacerbée, il écrivit le texte « Melissa« .

Henri Matisse
« L’Odalisque aux magnolias » d’Henri Matisse

Melissa

Aime-moi
Aime-moi

David McNeil peut être fier d’avoir été le premier à exploiter la fibre antillaise de Julien Clerc, mais aussi d’avoir la satisfaction de savoir que ce titre fut vendu à plus de 700 000 exemplaires. On dit que pour la première fois de sa vie, David peut s’acheter une voiture neuve!

L’album présente donc trois autres titres:
Angela
To be or not to be bop
Y’a plus de rock au Tennessee 

1987

Cette année-là, sort l’album Les aventures à l’eau . David Mc Neil dépeint un homme à la recherche d’un amour égaré.

Mais il y voit aussi un Julien Clerc séducteur et lui fait chanter les titres Sexy et Hélène.

image
Les aventures à l’eau

1990

En 1990, il écrit les paroles de deux autres titres dans l’album « Fais-moi une place », des titres où les chansons ont une couleur nostalgique :Avisos
Échafaudages

Fais moi une place
Fais-moi une place

1997

Il enregistre un dernier disque et s’amuse à rassembler ses amis pour un concert unique à l’Olympia : en compagnie de Julien Clerc, Maxime Leforestier, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Renaud, Robert Charlebois … Son plus beau souvenir de scène. Ils interprètent « Hollywood » chef-d’œuvre de concision et d’ampleur, un roman fleuve en six quatrains.

En 2012, il écrit le livre « 28 boulevard des capucines: Un soir à l’Olympia »

Hollywood
Avec Charlebois, Renaud, Souchon, Voulzy, Mc Neil, Clerc et Le Forestier

28 boulevard des capucines Un soir a l Olympia
28 boulevard des Capucines : Un soir à L’Olympia

La même année, pour l’album Julien deux titres de David McNeil furent enregistrés.

Blues indigo » es un titre malheureusement peu connu du grand public, malgré le fait qu’elle soit l’une des plus belles chansons de l’album.

David Mc Neil ne se gène toujours pas pour casser les rimes :
« Qu’on soit Mozart ou Coltrane
C’est toujours le même blues qu’on traîne

Julien 1997
CD Julien 1997

Ma préférence
Ma préférence

« Et les seins de Sophie Marceau... »

David McNeil ne se prive pas non plus pour faire une belle rime sur les noms propres. La plus célèbre fut celle de Sophie Marceau. En effet, dans cet album, il y a le titre « Assez…assez »
Une ode aux seins de Sophie Marceau

Mais celle-ci à l’époque avait pris ombrage qu’un poète puisse utiliser son mamelon pour faire une belle rime. Julien Clerc alors avait frisé le procès pour ces quelques mots !
Par solidarité masculine, Alain Souchon s’attardera lui aussi en 1999 sur le décolleté de Sophie avec « Au Ras Des Paquerettes« .

Sophie Marceau

Mais le destin prouva qu’il était farceur. Un jour au palais des festivals à Cannes, l’actrice fut victime d’une bretelle un peu trop lâche, et furtivement le sein de celle-ci apparut. Preuve par l’image que ce sein méritait d’être chanté!

2000

Dans le nouvel album « Si j’étais elle », David McNeil signe le titre Tu t’es en allée ainsi que le titre « J’oublie« . Dans les années 80, David Mc Neil avait écrit « J’oublie » sur une musique d’Astor Piazzola. A cette époque, à l’occasion d’un spectacle monté au théâtre des Bouffes du Nord à Paris, une chanteuse italienne nommée Milva avait chanté ce titre accompagnée par Piazzola lui-même. Julien, séduit par le titre, décide de l’intégrer dans son album près de 20 ans plus tard.

Si j
Si j’étais elle

2003

Cette année-là, Julien décide de reprendre les « classiques » que le célèbre crooner Frank Sinatra avait interprétés. Pour l’album Studio, David McNeil réalise l’adaptation de deux chansons : Fly me to the moo« qui devient Volons vers la lune« . Ce titre sera interprété en duo entre Julien et Véronique Sanson. Le second titre « I get along very well without you » devient en français « Qu’est ce que tu crois« . Carla Bruni chante ce titre avec Julien.

Studio
Studio

2008

En 2008, pour son album « Où s’en vont les avions? « , Julien Clerc refait appel à la plume de David McNeil qui lui écrit deux textes:

  • Souvenez-vous
  • Toboggan

Où s’en vont les avions
Où s’en vont les avions

Écrivain

Romans et récits
Lettres à Mademoiselle Blumenfeld
Tous les bars de Zanzibar
Si je ne suis pas revenu dans trente ans, prévenez mon ambassade
La dernière phrase
Quelques pas dans les pas d’un ange
Tangage et roulis
Angie ou Les douze mesures d’un blues
28 boulevard des Capucines : Un soir à L’Olympia

Livres pour la jeunesse
S comme cinglé
Drôle de trame
Quatre chevaux dans une boîte
L’enfer est dans le sac
Quatre chevaux dans un album
Quand les chats étaient verts
Copain-copain à Miami

Angie ou les douze mesures d
Angie ou les douze mesures d’un blues

David Mc Neil  – http://www.davidmcneil.com
Pour découvrir qui est David Mc Neil, allez sur son site!